Omote / Ura

» Posté par le 4 mars 2012 dans Notions fondamentales, Toshiro Suga | 0 commentaire

 

      

 

Omote

 Ura

L’Aïkido se décline aujourd’hui en plusieurs courants, chacun influencé par la sensibilité et la compréhension de son chef de file. Les formes techniques varient selon les écoles, et les noms mêmes les désignant diffèrent. Il existe toutefois des termes qui décrivent des principes essentiels qui sont partagés, à ma connaissance, par tous les styles. Parmi eux je voudrais aujourd’hui vous présenter les concepts omote et ura.

 

Analyse des kanjis omote et ura

 

En France omote et ura sont couramment traduits par positif et négatif. Si ces mots reflètent bien une partie du sens de ces termes, ils ne traduisent qu’une infime partie de ces concepts qui sont liés à l’essence même de la culture japonaise. Commençons par analyser les kanji.

 

Omote est composé de deux idéogrammes. La partie supérieure est le kanji de « poil », ou « ke ». Celui du bas représente un col recouvrant le corps, donc par extension le vêtement. Omote symbolise donc ce qu’on offre à la vue, ce qui est visible, et par extension la « face », « l’extérieur », « le premier », « l’avant » et tout ce qui est « officiel ».

« Budo wa bushi no omote gei » est une expression que l’on peut traduire par « l’art fondamental des guerriers est la Voie martiale ».

Omote prend donc ici une signification plus forte que l’idée de face ou officiel et prend le sens de fondamental, voire essentiel.

 

Ura quant à lui est un kanji composé de trois parties. La partie supérieure symbolise un col. La seconde est le caractère représentant un champ. Elle porte l’idée de division claire, ce sens est lié à la fabrication des kimonos dont les coutures intérieures étaient la racine cachée mais indispensable de la beauté extérieure. Le sens est d’ailleurs renforcé par la partie du bas qui symbolise l’habit.

Traditionnellement l’idée de l’élégance au Japon est quelque chose de digne et discret, à tel point que ce sont souvent les parties intérieures du kimono qui sont les plus richement décorées.

Ura signifie ce qui est intérieur, l’envers, pile (par rapport à face), l’arrière ou ce qui est clairement limité dans le sens de ne pas sortir d’une surface. Par extension cela symbolise tout ce qui est caché, inattendu voire inimaginable.

 

Après analyse, il apparaît clairement que les traductions de omote et ura en « positif » et « négatif » sont très limitatives, et cela particulièrement pour ura dont le sens de caché, voire inconcevable ou inimaginable est plus fort que celui habituellement retenu.

 

Un concept spirituel…

 

Les concepts d’omote/ura sont très liés à ceux de honne et tatemae.

Tatemae qui peut se traduire par « façade » est ce que l’on exprime en public et est lié à omote. Honne se traduit par « véritable sentiment » et correspond à tout ce que l’on garde caché afin de ne pas perturber l’harmonie. Ce concept est évidemment proche de celui de ura.

La culture japonaise est une des plus complexes au monde et le dépouillement apparent qui la caractérise de prime abord, omote, est le résultat d’une réflexion profonde attachée aux moindres détails, ura.

Ainsi, la simplicité que l’on perçoit dans la cuisine, l’architecture, la poésie et les budo japonais est en réalité le résultat d’un travail acharné obéissant à des règles d’une sophistication extrême.

 

… appliqué à la technique

 

Le concept d’omote et ura est commun à la plupart des arts martiaux japonais. Pour autant il ne recouvre pas toujours la même chose selon l’école ou la discipline pratiquée, aussi je n’aborderai ici que le cas de l’Aïkido.

Dans certaines écoles traditionnelles on dit que les secrets de l’école sont contenus dans les katas ura qui ne sont jamais ou très rarement présentés au public. La méfiance de Takeda Sokaku du Daïto ryu par exemple était légendaire.

Mais je crois qu’O Senseï ne cachait rien. Il avait créé l’Aïkido pour unir les hommes en les aidant à développer leur corps et leur esprit. Le plus haut niveau de l’Aïkido est alors montré dès le départ et omote et ura ne différencient plus les techniques que l’on montre et celles que l’on cache, mais précisent des placements et des variations dans les applications techniques.

Omote et ura donnent schématiquement des possibilités de réponses différentes selon le ma aï et tous les éléments de la situation (nombre d’adversaires, placement, etc.). Il est à noter que toutes les techniques ne possèdent pas les deux formes.

 

Omote et ura, l’unité des opposés

 

Les concepts d’omote et ura sont bien évidemment à mettre en relation avec ceux de in/yo (yin/yang) et au-delà avec toutes les notions de dualité. Mais c’est dans l’union de ces opposés apparents que se trouve l’essence de toute chose. Ainsi de l’Aïkido, où tori et uke comme la technique et l’esprit ne doivent faire qu’un…

 

Toshiro Suga

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>